Quels sont les critères de choix d’une scie plongeante ?

411
scie

L’évolution des outils pour les travaux ne cesse de progresser, et l’exemple le plus parlant est celui de la scie. À l’origine, elle était utilisée manuellement, avec une forme plate en acier denté et une poignée en bois pour la maintenir. Aujourd’hui, les scies circulaires électriques, y compris les scies plongeantes, sont dotées de points de réglage tels que la profondeur de coupe, l’inclinaison, le guide et la semelle. Alors, que choisir entre une scie circulaire et une scie plongeante ?

Les caractéristiques d’une scie circulaire électrique

Chez les différents fabricants, la forme de la scie reste inchangée. Dotée d’un corps de maintien en plastique très résistant, elle est équipée d’un disque denté, d’une poignée, d’un moteur électrique, d’un carter de protection fixe et rétractable, d’une sortie pour tube d’aspiration, d’une semelle, et de plusieurs options de réglage. Vous trouverez l’outil qu’il vous faut, en découvrant le pack Makita.

A lire en complément : Les bons réglages pour une tronçonneuse à carburateur performante

Les scies circulaires disposent de deux types d’alimentation : sans fil et filaire. L’outil sans fil est particulièrement adapté pour les travaux en dehors de la portée des prises électriques ou pour les travaux mobiles, avec une autonomie de batterie rechargeable à prendre en compte.

Les caractéristiques d’une scie circulaire plongeante électrique

Les scies circulaires plongeantes ressemblent beaucoup aux scies classiques mentionnées précédemment en termes de forme. Leur mode d’alimentation est identique. Visuellement, les deux types de scies se distinguent principalement par l’emplacement du carter de protection qui couvre entièrement la scie plongeante. Comme son nom l’indique, grâce à un système de ressort avec une butée, la lame de la scie peut monter et descendre, permettant ainsi des coupes transversales, longitudinales, et surtout des découpes au milieu des panneaux, ce qui constitue son principal avantage.

A découvrir également : Les normes et dimensions du mobilier en bois

Les critères de choix d’une scie plongeante

La puissance 

Exprimée en Watts (W), elle correspond à la puissance du moteur électrique. Pour de petits travaux quotidiens et domestiques, une scie de 1000 W est largement suffisante. Pour des travaux plus professionnels et réguliers, notamment sur des matériaux comme la planche mélamine ou le MDF d’épaisseur entre 3 et 22 mm, il est recommandé de choisir une puissance supérieure à 1000 W et jusqu’à 1500 W. Sur les gros chantiers de gros œuvre, pour les découpes de madriers, de poutres ou de dalles en béton, il est préférable d’opter pour des modèles de 1600 W.

La lame de scie 

Selon la profondeur de coupe souhaitée. Les diamètres de 230 mm permettent une profondeur de coupe de 85 mm, tandis que ceux de 185 mm offrent une profondeur de 60 mm. Le nombre de dents sur une lame standard varie de 10 à 64, avec une recommandation de 48 à 64 dents pour des coupes de finition plus précises.

La sécurité 

La lame est protégée par un carter qui se rétracte à chaque coupe, se repliant dans son enveloppe protectrice pour éviter tout contact avec les mains. La lame, montée sur le moteur, est pressée progressivement en descente sur le matériau, réduisant ainsi le risque de rebond.

Les accessoires 

La disponibilité d’options supplémentaires améliore les conditions de travail. Parmi ces options, on peut trouver des sacs à poussière, des rails de guidage, une vis de réglage de profondeur et un système de freinage.

La scie circulaire plongeante est particulièrement adaptée pour une utilisation par des personnes non professionnelles grâce à sa bonne prise en main. La présence d’une poignée facilite sa manipulation, et sa conception ergonomique assure un confort d’utilisation optimal pour tous types de travaux.